Organiser un GN : Méthodes de combat

La dernière fois, nous avons parlé des trois règles de base pour l'embryon de système qui est en train de se former au fur et à mesure que je poste. Encore une fois, je vous invite à faire des propositions ou des commentaires sur ce que je dis à l'aide des commentaires.

Je me suis rendu compte que le fait qu'un système soit Simple et Général et qu'il Avantage les capacités d'un joueur m'attire beaucoup plus que quand ce n'est pas cas. Évidemment, ce n'est pas la seule chose qui me fera choisir d'aller à un Grandeur Nature mais c'est un argument important pour mon choix.

Mettons maintenant quelque chose d'autre au clair, comme nous voulons avantager les capacités du joueur, il faut éviter au maximum d'empêcher une personne de faire quelque chose parce que son personnage ne peut pas le faire, mais, et je le mets en gras, pas dans un cas où il serait dangereux, pour un ou plusieurs joueurs, qu'il n'y ait pas une règle qui encadre une certaine situation. Le combat est l'exemple par excellence pour illustrer ce genre de situations.

Admettons qu'il n'y ait pas de règles qui disent comment une personne doit réagir durant un combat, comment un joueur peut-il savoir quand mourir, quand il est blessé ou quand est-ce qu'il gagne un combat ? Si les joueurs se donnaient de grands coups d'armes en mousse jusqu'à ce qu'il n'en reste qu'un debout, les Grandeurs Natures n'auraient probablement pas atteint un aussi haut niveau de popularité.

Il y a 2 grandes tangentes au niveau des combats en GN. Il y a les systèmes de démembrement et ceux de points de vie. On les retrouve à part égales à travers tous les Grandeurs Natures du Québec.

Comme c'est la méthode utilisée dans les grandes batailles où plusieurs joueurs peuvent participent, je commencerai par le démembrement. C'est très simple, le joueur perd l'usage d'un bras ou d'une jambe si elle est touchée et il meurt quand son torse l'est. Pour les grandes mêlées de plusieurs centaines de joueurs, c'est idéal parce que c'est rapide à apprendre et que, vu de l'extérieur, il est facile de voir si un joueur triche.

La méthode que je préfère et que, je l'admets, je préfère, est celle des points de vie. Pour avoir une idée de ce à quoi ça peut ressembler, elle rappelle un peu les jeux vidéos. Les armes font un nombre de points de dégât fixe et le joueur attaqué doit soustraire de ses points de vie le nombre de points de dégâts reçus. Afin de l'aider à savoir de combien il doit soustraire, l'attaquant l'aide en criant les dégâts faits.

La prochaine fois, nous verrons ce que nous pouvons faire pour bien balancer les points de vie et les utiliser pour ce GN en cour de création.

Aucun commentaire: