Raid de zombies réussit

Comme vous le savez peut-être, je suis animateur dans un GN de Lanaudière depuis 2 ans et j'ai organisé une poignée de soirée de Vampire en Live. Je suis aussi de plus en plus fan du thème post-apocalyptique. Je trouve que le jeu de la peur est celui qui est le plus intense à avoir en Live. Certains diront que l'amour est un sentiment puissant à jouer mais il est dur à obtenir entre deux joueurs qui ne se connaissent à peu près pas.

Alors, j'ai essayé de reproduire un raid de zombie contre les joueurs que j'animais durant la dernière partie de notre saison 2008.


Sans vouloir me venter, je dois dire que ce fut une réussite.

Au départ, j'étais seul et j'essayais d'attraper d'autres gens seuls pour les attaquer et les transformer en zombies. Malheureusement, vu la température et le fait que les gens se tenaient presque tous au même endroit, je n'ai pas réussit à le faire.

Étrangement, c'est le fait qu'un joueur ait brisé une vitre qui a été le coup d'envol.

Un autre animateur et moi nous sommes mis sur le côté et, malgré le fait qu'on ne devrait jamais-jamais-jamais faire ça, nous nous sommes mis à discuter de tout et de rien en plein milieu du jeu, caché dans les bois. Après avoir discuté de Star Wars un brin, je lui ai parlé de ce que j'essayais de faire. Comme il devait sortir un nécromancien plus tard dans la soirée, nous avons convenu de jumeler nos deux animations.

Nous avons alors réussit à ramasser 6 zombies volontaires et un nécromancien un peu fou ( suite à la poursuite de ce qu'il imaginait être les ordres d'un Dieu du Bien ) et nous sommes avancés sur le terrain. Plutôt que d'être des morts-vivants tout ce qu'il y a de plus normal, nous avons décidés que nos zombies répétaient sans cesse la dernière chose qu'ils avaient dites avant de mourir.

Les joueurs ont donc vu un paquet de personnes marchant un peu gauchement s'avancer vers eux en discutant avant de se rendre compte que ces personnes ne racontaient rien de cohérent. Ça les a déstabilisés complètement et nous avons réussit à en avoir plusieurs avant qu'une contre-attaque ne s'organise. Plusieurs en parlent comme l'une des meilleures animations de l'été.

En terminant, vous vous demandez peut-être quel genre de phrase les zombies nouvellement créés ont pu dire ? Nous avons eu droit à plusieurs cris de douleur, à des insultes, à un "Ils sont bizarres eux." et à deux zombies qui criaient le nom l'un de l'autre pour s'avertir du danger.

Bref : Raid de zombies réussit !

Faire une arme de latex : Partie 5

Nous voici finalement à l'étape finale de la confection de l'arme en latex : la finition.

Il y a plusieurs choses qui peuvent être faites pour finir son arme et la liste que je donnerai est loin d'être exhaustive.

La chose la plus importante ( et évidente à mon sens ) est d'essayer de cacher qu'il s'agit d'une arme en latex ; sans pour autant donner l'impression qu'il s'agisse d'une arme-boudin en tuyaux isolants.

En premier lieu, vous voudrez probablement lester la poignée ou le pommeau de votre arme afin d'améliorer sa maniabilité. C'est très simple, il suffit d'y attacher quelque chose de lourd jusqu'à ce que l'arme reste bien droite lorsque vous la tenez par la garde. Habituellement, j'utilise du fil de fer que j'entoure sur ma poignée. Celà me permet de lui donner la forme que je veux dans ma mains en plus de choisir très précisément le poids que je veux.

Ensuite, vous allez remarquer que même après avoir fait sécher votre arme, elle reste collante et que, quand vous la coller sur une autre arme en latex, elle s'y colle. Pour régler ce léger problème, il y a plusieurs solutions très simple. La moins couteuse consiste à talquer toute la surface de votre arme après l'avoir bien lavée à l'eau. Vous pourriez aussi la vernir avec un produit fait pour protéger les latex qui ne durcira pas trop ( sans vouloir leur faire de la pub, les Ateliers-Némésis en propose un que j'utilise ).

Ce sont deux trucs qui semblent très simples mais quand ils sont mis en application, ils changent totalement l'expérience avec l'arme de latex.

Stick-figue Minute-comics 3

La la première fois, "Ze artiste" nous éblouissait avec une image de planche sur laquelle il avait dessiné. La fois d'après, j'étais jeté au requins par un Josse déguisé en pirate.

Cette fois-ci, c'est le moment de ma vengeance !

Malheureusement, il s'agit de la dernière image que Josse m'ait envoyé. Pour la suite, il faudra compter sur lui pour pouvoir profiter de ses dons.


Faire une arme de latex : Partie 4

Après près de 4 heures de préparation, de découpe et d'attente, nous sommes maintenant presque prêt à mettre le latex sur l'arme.

Badigeonnez une mince couche de colle partout sur l'arme afin qu'après toutes les couches de latex la finition soit plus belle. J'ai fait des tests avec et sans et je dois dire qu'il y a une différence relativement notable.

Pour chaque couleur, c'est très simple. Il suffit de mélanger 3 portions de caoutchouc latex liquide avec une portion de peinture acrylique. Comme le latex est blanc, le mélange sera un peu plus pâle que la couleur que sera l'arme après avoir séchée.

Pour commencer, comme pour n'importe quel type de peinture, mieux vaut faire quelques couches de fond. La première sera celle qui boira le plus mais, si vous avez choisit un type de mousse à cellules fermées, ce sera moins pire.


Ensuite, plusieurs autres couches de latex donneront la couleur finale à l'arme. Il faut bien faire attention de ne pas trop superposer des couleurs pâles sur des couleurs foncées. Les couleurs pourraient se mélanger et donner un effet bizarre. Il faut aussi éviter les couleurs ayant des pigments métalliques car ils peuvent faire des réactions chimiques avec le latex. Visez préférablement des pigments artificiels.

Chaque couche prend environ 30 minutes à sécher et l'idéal est d'en mettre entre six et douze. Pour accélérer le séchage, un séchoir à cheveux peut aider mais il faut faire attention à ne pas bruler la mousse ou le latex. Une fois que l'arme n'est plus collante et que la peinture ne reste plus sur vos doigts quand vous la toucher, vous êtes prêt pour la prochaine couche.

Pour éviter les grumeaux à la fin, enlevez ceux qui s'accumulent sur votre pinceau ou qui tombent sur l'arme. Comme ce sont des boules de latex séchés, ils feront du relief à des endroits où vous en voudriez probablement pas. Essayez aussi de faire vos couches les plus minces possible quitte à prendre plus de temps. Les couches épaisses laisseront voir les traits de vos poils de pinceau.

L'arme est presque terminée, il ne reste que la finition et il sera possible de l'utiliser en GN.

Faire une arme de latex : Partie 3

Maintenant que nous avons un beau bloc de mousse autour d'un tige de fibre de verre suite à la partie 2, nous sommes prêt à mettre la lame dedans et à couper la forme que l'on veut.


Théoriquement, cette étape aurait dû être ultra-rapide mais, en la faisant moi-même, je me suis rendu compte qu'elle comporte plusieurs difficultés auxquelles je ne m'attendais pas.

Pour faire la forme de l'arme, c'est très simple. Il suffit de dessiner d'avance les lignes de coupe sur la mousse et de les suivre avec l'X-Acto.

Avec des instructions aussi simple, comment est-ce que ça peu bien mal aller ?

D'abord, il faut bien s'assurer d'avoir des lames bien aiguisées. Un couteau mal affuté fera un travail de moins bonne qualité - il déchirera la mousse - et il sera dangereux pour vous. Comme j'utilisais des lames qui étaient très usées, ma coupe n'a été ni nette, ni droite.

Ensuite, mieux vaut laisser plus de mousse lors de la coupe des différents morceaux et couper l'excédent lorsque tout est assemblé. Ainsi, tous les morceaux seront coupés également sans avoir à les retoucher un par un pour les égaliser.

Finalement, il faut s'équiper d'un bout de papier sablé à petit grain pour effacer toutes les imperfections sur l'arme. Même si le latex recouvrira une partie des défauts, mieux vaut les faire complètement disparaitre que de chercher à les cacher.

Maintenant cette troisième partie terminée et les produits nécessaires achetés, nous sommes rendus au latexage.

Stick-figue Minute-comics 2

Comme nous n'avons pas reçu de dessins depuis la dernière fois (mais "Ze artiste" nous a quand même donné signe de vie !!), je vous donne maintenant la suite. Ça commence à peu près comme la première fois avec un punchline tout aussi percutant.

C'est dans ce deuxième numéro que l'on apprend le véritable nom de l'Artiste.

Pour ceux qui se diraient que ce n'est pas très impressionnant comme dessins, vous avez probablement raison mais il faut se dire que ce sont des dessins fait en quelques minutes seulement avec Paint.


Faire une arme de latex : Partie 2

Dans le dernier article, nous avons fait notre patron et taillé la tige de fibre de verre à la bonne taille. En fouillant un peu dans les trucs que j'avais déjà chez moi, j'ai trouvé une vieille ceinture et de la colle contact.

C'est très important de bien protéger la tige de fibre de verre à l'intérieur de l'arme pour deux raisons. Premièrement, la tige pourrait éclater à l'intérieur de l'arme et briser la mousse autour jusqu'à détruire l'arme au complet. Deuxièmement, en brisant la mousse protectrice de l'arme, la tige devient dangereuse pour les personnes qui seront frappées par l'arme.


La prochaine étape consiste à découper les formes de l'arme dans la mousse. Dans la plupart des types de mousse une lame se fait dans 3 couches de mousse et un bâton dans 5. Vous devez donc préparer le bon nombre de couches dans votre mousse. Faites quand même attention à économiser le plus de surface possible en faisant votre coupe.

Pour mon projet, comme je fais un sabre, j'ai découpé 3 couches de lame et de pommeau et 5 de garde. Je veux que cette dernière soit plus large que la lame et ressorte beaucoup.

Ensuite, comme je le fais déjà lorsque je fais des armes normales, il faut enrouler un ruban double face autour de la tige de fibre de verre. C'est encore plus important pour ce type de tige (ou pour le bambou) car en plus de permettre à la tige de coller sur la mousse, ça réduit les chances que la tige n'éclate dans l'arme et se mette à percer la mousse.

La dernière étape pour ajourd'hui est l'assemblage. C'est très simple mais ça demande quand même de s'y appliquer. Pour ceux qui ne sont pas habitués à la douce odeur de colle contact, je vous propose de faire cette étape dans un endroit bien aéré car les vapeurs ne sont pas très bonnes pour la santé.

Premièrement, après avoir placer la tige dans le morceau de mousse du centre, il faut coller une pièce de cuir de chaque côté du morceau de mousse de manière à empêcher la tige de passer au travers des autres couches de mousse si la pointe plie. Pour être encore plus sûr, j'ai mis une pièce de 10¢ au bout de ma tige pour l'empêcher de déchirer la mousse en faisant des pointes avec l'arme.

Deuxièmement, il faut simplement coller les différentes couches de mousse une par-dessus l'autre en partant du milieu vers l'extérieur. Il faut bien suivre les indications sur le pot de colle afin d'en tirer profit au maximum. Généralement, il faut coller les parties et les maintenir ensemble plusieurs minutes avant de continuer.


À la fin de la deuxième journée de travail et après près de 3 heures mis à fabriquer l'arme, nous avons maintenant une forme approximative de ce à quoi aura l'air notre arme à la fin. Il est maintenant temps d'aller acheter le latex et la teinture dans le magasin d'art du coin.

Faire une arme de latex : Partie 1

Depuis plus d'un an, j'ai acheté le matériel pour faire des armes en latex afin de tester la facilité et les économies de ce procédé par rapport à l'achat d'une arme dans un magasin spécialisé. Pour l'instant, j'ai acheté toute la base chez les Ateliers Némésis.



Il me manque encore le latex, la teinture et la colle.

Malheureusement, ma webcam ne veut pas me permettre de prendre des photos de l'évolution de mon projet mais, pour l'instant, je vais me servir des photos d'un article de la Forge du GN.

Donc, la première étape est de faire la forme de son arme sur un médium comme le carton ou le papier. Ce n'est pas exactement ce à quoi l'arme va ressembler mais c'est une bonne base. C'est important d'en laisser large parce ce n'est qu'après qu'on va enlever l'excédent.

Ensuite, il faut couper la tige de fibre de verre à la bonne longueur. L'idéal est de retirer une certaine longueur de chaque côté de la tige dans l'arme afin de s'assurer qu'elle ne sera pas dangereuse. 5 centimètres à l'avant et 3 à l'arrière est, selon moi, un bon gabarit.

Même si ça ne parait pas, faire ces deux étapes là prend près d'une heure à faire (pour une personne avec un talent artistique comme le mien ...).

Stick-figure Minute-comics 1

Dans deux semaines, cela fera un an qu'un de mes amis annonçait qu'il lancerait son webcomic dans les semaines suivantes. Finalement, la procrastination l'a emporté et il a mis l'idée sur une tablette.

Le 8 octobre dernier, je l'ai relancé et je lui ai dit que je le coacherais jusqu'à ce qu'il le sorte. Chaque semaine, je lui ai demandé qu'il me fasse une planche et, la semaine dernière, il m'en a finalement envoyée une.

Pour l'instant, nous n'avons pas d'horaire de diffusion mais il m'a dit que si je commençais à publier ce qu'il m'a envoyé, ça lui forcerait la main.


Un jour, peut-être que ce sera lui qui les publiera lui-même ...

Faire une dague 3

Il y a presque un an, j'ai écrit la suite d'un article expliquant comment faire une dague avec du ruban à conduit, des tubes de PVC et de l'isolant à tuyau. Fin juillet, quelqu'un a écrit dans les commentaires (avec un français discutable) "pk il n'y a pa de 3 iem partie? Le reste est très utile mais il me manque le reste des informations pour terminer ma dague alors..."

Durant la première partie, nous avons fait la base de la dague (le squelette) et dans la deuxième, nous avons formé la lame. J'ai repoussé cet article sans véritable raison et je le continue aujourd'hui pour enfin montrer comment terminer la dague.

Pour commencer, on fait le pommeau.

Il suffit d'enrouler du ruban à l'envers sur le bout de la dague, du côté où la main la tient. Ce ruban permettra de coller la mousse isolante sur le tuyau de PVC pour l'empêcher de bouger.


Ensuite, on coupe un morceau de mousse isolante dans la forme que l'ont voudra avoir pour le pommeau. Pour l'exemple, j'ai été pour un format des plus ordinaire en coupant une longueur au carré dans le tube isolant. Il suffit de le mettre autour du tube de PVC sur le côté collant du ruban.


Comme on l'a fait avec la lame, on met du ruban sur le pommeau. Il s'agit principalement de rendre le tout uniforme avec la lame plutôt que de véritablement protéger le pommeau contre les intempéries. Vous pouvez, si vous le voulez, ajouter un peu de couleur à votre pommeau avec des peintures ou des rubans à fils électriques de couleurs.


Pour la poignée, on commence par faire comme nous l'avons fait pour la lame. On colle le ruban à conduit, d'abord normalement. Ensuite, après avoir fait un premier tour du PVC, on le twiste pour qu'il soit face vers le haut et on couvre toute la longueur de la poignée.


Finalement, il ne reste qu'à choisir ce avec quoi vous voulez couvrir votre poignée. Pour l'exemple et pour la plupart des armes que je fais habituellement, j'utilise de la corde de jute mais vous pouvez vous servir de corde de cuir ou de n'importe quelle autre sorte de corde.

Pour commencer, il suffit de faire un nœud à l'un des bouts de la poignée et d'enrouler la corde fermement autour du tube de PVC d'un jusqu'à l'autre bout de la poignée.


La dague est maintenant terminée. Vous pouvez modifier toutes ces étapes de la manière que vous voulez. Par exemple, vous pouvez l'embellir avec des billes de bois et de la corde, des plumes ou de la couleur. Vous pouvez aussi donner une forme à votre PVC en le réchauffant sur un rond de four.

J'espère que ça plaira à ce lecteur anonyme.

Pour lire la suite :